Madame Filosa une coiffeuse singulière

chez mme filosa coiffeuse singulière

De l’atelier au cabinet de Madame Filosa
Installation

L’atelier de Mme Filosa est un lieu de rencontres et de transformations de matière vivante.

Au croisement complexe du geste de l’artiste et de celui de la coiffeuse, Mme Filosa, libre de tout formatage du monde de la coiffure et des cosmétiques, accueille les gens dans son atelier le temps d’une transformation (coupe, coloration végétale, soin à l’argile). Elle garde des traces de ces rencontres capillaires et procède à ses collectes pour constituer des inventaires, à ce jours au nombre de 6 : mèches de cheveux, nids de cheveux, portraits photographiques, jus de couleurs végétales, enregistrements vocaux, et fleurs de papier oxydé et brodé. Des prélèvements de sons et d’images permettent la mise en scène des gestes et du travail de Mme Filosa.

Lire la suite

Galeries des 6 Inventaires

Inventaire n°1 mèches
Inventaire n°2 fleurs de terre
Inventaire n°3 nids
Inventaire n°4 reflets de vous
Inventaire n°5 portraits
Inventaire n°6 “parce que je le vaux bien”

Allez voir

Galerie Atelier


 

 

Galerie : les gestes de Mme Filosa


En 2015 sofie vinet invite  Valérie Pinard à capter ses gestes de coiffeuse et de plasticienne par des photographies qui se déploient dans un diaporama CROISEMENT COMPLEXE DES GESTES DE LA COIFFEUSE ET DE L’ARTISTE, et sur quelques tirages Bâche.
Conception/réalisation : sofie vinet et Valérie Pinard, Prise de vue et montage : Valérie Pinard
L’atelier de Mme Filosa, Nozay, 2015.

Lire la suite

Le terril point de mire point de vue

le terril point de mire point de vue,Abbaretz, 1997, crédit photo sofie vinet

le terril point de mire point de vue, Abbaretz, 1997, crédit photo sofie vinet

A l’échelle du paysage, une image vivante de la dynamique culturelle et associative du territoire.
Une œuvre participative : 55 travailleurs ; paysans, étudiants, cantonniers, enseignants…artistes.
Un art avec et pour les gens.

De vous à moi, de moi à vous

  • la porte

    la porte

Cette création pour Landes ‘Art 2006 s’est posée dans une rencontre, un échange avec le collectif d’organisation, la mairie de Notre Dame des Landes et certains habitants de la commune.
Sur ce parcours Landes ‘art, un bout de chemin m’a été attribué. Il m’a fallu d’abord parcourir ce paysage, humer l’air du bocage, puis aller à la rencontre de la population.

Ma création mettant en scène l’écriture et la broderie, j’ai d’abord invité les gens à ouvrir leur armoire, pour y retrouver le linge familial, les marques d’une appartenance à une lignée, un village, un territoire.

Une création participative avec un groupe de dames « coupons de vies » fut une rencontre, par l’écriture, la correspondance et la broderie, riche et intime, pourtant rendue publique lors de l’exposition.

Quant au parcours, j’ai tenté d’en faire un symbole du cheminement intime et collectif, la trace de l’échange si sincère entre les habitants et moi même.

Des installations aux textes brodés jalonnent ce chemin bocager :

La porte ouvrant la voie, l’écritoire invitant à se poser, laisser trace de son écriture, les paroles brodées portant à méditation, les 3 sacs hommage au monde paysan et l’armoire aux 3 robes intimité filiale dévoilée au détour d’un fourré.

Marie-Hélène bahain, auteure de la région Nantaise, a écrit un texte après avoir parcouru ce chemin.

3 texte manuscrit rouge pr les dames

4 article  landes arts N D L 2006

La jeune fille et la robe

Création juillet/novembre 2003
Une installation composée d’une robe oxydée, une plaque de verre,8 carnets de photographies, un texte audio
  • la robe, Chateaubriant, photo S Pagny, 2003

    la robe, Chateaubriant, photo S Pagny, 2003

La robe

Une présence qui évoque les épousailles, la vie, la mort,
l’attente, la souillure, le sang, la violence,
mais aussi la chaleur, le soleil, l’intensité des ocres de la Terre.
Une robe qui interroge le passage
de la vie à la mort, l’absence d’un corps, la présence d’un être.
L’écriture est présente au même titre que la matière, les couleurs, la lumière
et le son de la voix qui nous berce.
Mots et textes sont lus en boucle
comme les cycles de vie et de mort qui ne cessent de recommencer.

On entre dans la chambre de « la jeune fille et la robe ».
Se laisser envelopper par la voix, la lumière sur les ocres.
Les 8 chaises avec chacune leur carnet nous invitent à nous poser,
regarder, écouter, entendre nos propres émotions,
plonger dans l’essentiel du Temps qui coule.
sofie vinet, 14 novembre 2003.

 

 

article pontscorff 2004

article maison de l'ange 2003

Les petites affaires de Marie Louise

  • Les petites affaires de M Louise, photo J Blin

    Les petites affaires de M Louise, photo J Blin

 

Installation : 74 objets étiquetés, numérotés, posés sur une table de 6m, enveloppés chacun dans un sac plastique refermé par des points de croix au fil rouge, et un inventaire constitué de 75 textes.

Cette installation a été produite par l’association Ar’muse, à Châteaubriant, en 2003
Cette installation est à louer .

Février 2006 sortie du livre « les petites affaires de Marie Louise » édité par Soc et Foc (85)

 

MARIE LOUISE est partie, nous laissant ses « petites affaires », des petits objets de rien du tout recueillis et rassemblés par sa petite fille.
Ils sont là, offerts, tout en gardant à jamais leurs secrets, enveloppés et cousus au point de croix rouge .Ils nous racontent le quotidien, ils appellent les souvenirs, ils font surgir des sensations et émotions.
Marie Louise est plus que jamais présente à travers le foulard du jardin, une odeur, un sachet de médicament vide, le carnet de tricot…
Le visiteur recrée l’histoire de Marie Louise en lisant l’inventaire poétique mis à sa disposition.
Si chaque objet est vu à travers les yeux de la petite fille de la vielle dame, chacun est libre d’accueillir ses propres souvenirs et sa propre histoire.

 

article pressemaison de l'ange hommage gd mère

article les petites affaires vendrennes, 2009

La chaufferie

Installation au lavoir des Herbiers, mars 2007 :

300 draps pliés, étendus, suspendus, dont une partie prêtée par la population du pays des herbiers, bain d’odeur de savon.

3 la chaufferie2 la chaufferie1 la chaufferie

 

texte et voix : sofie vinet
enregistrement : Anthony Fonteneau
lumière : Chris Duplèche
photos : sofie vinet

lavoir l’avoir la voir la voix

l’eau gicle chante roule froide
transit les mains
d’elle qui frotte trempe étreint
le linge blanc jauni crasseux
le temps l’usure souillure
le drap lessivé battu essoré tendu étendu séché
plié replié étouffant les secrets au
creux des plis replis de l’histoire
d’elle le père le fils fille aïeule
l’étreinte vive passion force violente
tendresse salvatrice tempête des nuits noires
cachés les corps mains gercées le froid
de l’eau la voix de l’eau
trouble coassement des commères eaux
pourpres femmes menstrues
eau cramoisie messe basse
eau rouge sang libératrice
d’elle
la voix
la voire celle
qui chante frotte tape roule le linge
l’avoir et le marquer de ses lettres capitales
rouge vie vire le rouge du cramoisi au rose
carmin sans dessus dessous
armoires vidées maisons vendues
déposée oubliée la pile
retrouvé déplié le drap
la voix
chuintement chuchotement éclaboussures
tendre l’oreille aux souvenirs
l’avoir reconnue vivante
la voix.

sofie vinet

le lavoir, les herbiers, mars 2007

Les petits affaires de Marie Louise

visuel les petites affaires de Marie louise

 

 

 

visuel j'ai fouiné

 

 

 

 

2006 Les petites affaires de Marie Louise , Éditeur Soc et Foc
ISBN 2-912360-37-4 Année de parution : 2006 Prix : 12€

Lire la suite

Next Posts